mercredi 5 mai 2021

Le projet pédagogique Doris Maria Morales Tijerino

Les jeunes qui ont suivi l’enseignement à distance l’année dernière, surtout ceux du collège, sont tous présents depuis la rentrée scolaire en février. 174 sont matriculés au Doris. Cette année, différents cours sont proposés les après- midi : couture, cuisine, musique, peinture, informatique, anglais, français, boulangerie. Trente élèves restent jusqu’’à 3 h, les autres sortent à midi et demi.

Nous sommes surtout intéressés par l’enseignement du français. C’est Rosario qui a rencontré cette jeune femme qui a étudié à l’UNAN, avait fait un stage en France, mais n’avait pas trouvé d’emploi à son retour, qui l’a embauchée.

Du fait que les classes d’enseignement primaire sont maintenant toutes regroupées au CDI, les 17 enfants et jeunes du programme Angelita Morales sont intégrés au Doris. Martha Alvarado qui avait auparavant travaillé au CDI, tout en suivant sa formation d’institutrice et qui est maintenant diplômée, est très dynamique et a déjà obtenu de bons résultats avec eux à la fois en ce qui concerne l’apprentissage que les relations.
Angelita 2021.jpg

Lire la suite...

mardi 4 mai 2021

Les conséquences des ouragans ETA et IOTA au Nicaragua en novembre 2020

Les deux ouragans ETA de catégorie 4 avec des vents de 225 km/h, suivi de IOTA de catégorie 5, deux semaines plus tard avec des vents de 260 km/h (les plus forts en 127 années) ont affecté environ 5 millions de personnes en Amérique Centrale et Mexique.

Le gouvernement du Nicaragua a estimé les dommages à plus de 742 millions de $US, soit l’équivalent de 6,2% du produit brut du pays.

Au Nicaragua, ce sont 3 millions de personnes qui ont été affectés, surtout dans les territoires indigènes de la région autonome de la Côte Atlantique Nord, du triangle minier, Matagalpa, Jinotega, Nueva Segovia, Rivas et Carazo.

La pêche artisanale, la sylviculture et l’agriculture, c’est à dire les activités principales de la région ont été sérieusement affectées.

Les ouragans sont arrivés à une période de l’année où les réserves alimentaires commencent à manquer. Beaucoup de récoltes sont perdues car ce sont 37 075 ha de terre cultivées avec du riz, café, cacao, haricots, maïs et sorgo qui ont été affectés par ce désastre. 4000 pêcheurs ont perdu leurs équipements.

L’élevage de poules, cochons et bétail n’a pas été épargné (42000 animaux noyés)

Il a fallu organiser l’intervention de vétérinaires pour éliminer les cadavres d’animaux dans le respect des mesures sanitaires et prévenir les maladies.

La pandémie n’a pas facilité le travail.

Lire la suite...

Situation de notre association

Comme pour toutes les associations, la pandémie affecte les activités de INTI. Nous avions accepté la proposition de l’Université de Chambéry que les étudiants se mobilisent pour les comités de solidarité internationales de Savoie. Trois étudiantes en langues s’étaient engagées pour élaborer un projet culturel d’échange entre les élèves du Doris Maria Morales Tijerino et le collège de Bourg St. Maurice pour permettre de créer une nouvelle dynamique de notre association.

Elles ont en effet réalisé un projet dans ce sens dans le cadre de leurs études, puis ont abandonné la coopération avec nous, sans avoir commencé la recherche de fonds pour permettre le voyage d’une délégation nicaraguayenne en France. Nous sommes bien sûr très déçus.

Lire la suite...

lundi 3 mai 2021

test

test

Lire la suite...

lundi 1 février 2021

Bilan INTI 2020

Tout comme les autres associations, l’année 2020 fut difficile à cause de la pandémie qui a empêché toute activité pour recueillir des fonds d’une part et qui d’autre part n’a pas permis des échanges de courrier avec les enfants parrainés. Encore à ce jour, la poste ne fonctionne pas entre la France et le Nicaragua.

Plusieurs parrains ne peuvent plus contribuer au financement du projet pour des raisons économiques ou d’âge.

Rappelons aussi qu’INTI aura 30 ans d’existence l’année prochaine et nous n’avons pas réussi le renouvellement des adhésions. Et nous aussi n’avons plus la capacité d’organiser de grandes manifestations.

Rappelons que nous étions à l’initiative du Marché de Noël et de la Fête de la Solidarité à Bourg St. Maurice, que nous étions intervenus dans les écoles et au collège pendant plusieurs années et qu’il y avait un Club Nicaragua très actif au collège, avec quelques fois des intervenants nicaraguayens. Pendant des années, nous avons aussi participé au Marché des Continents à Chambéry.

INTI a reçu le Prix de la Solidarité Internationale de la part de Pays de Savoie Solidaires à plusieurs reprises et lors du passage à l’an 2000, nous avions obtenu des financements pour une « maison communale » dans un quartier de Chinandega, Nicaragua, dans le cadre de l’opération « La Savoie, un cœur gros comme le monde »

Lire la suite...

Bilan de l’association Doris Maria Morales Tijerino 2020

de Nydia psychologue – résumé

Dès le moment où l’OMS a fait connaître la pandémie au niveau mondial, des contacts ont été pris avec le MINSA (Ministère de la santé) pour vacciner les élèves, les enseignants et les parents et de mettre en place toutes les mesures de prévention pour éviter les contaminations,

et avec le MINED (Ministère de l’Education) pour ajuster l’enseignement dans le nouveau contexte :

_ formation des enseignants pour l’utilisation des plateformes Edmodo et Zoom

_ guide pour l’étude par téléenseignement

_ Les défis étaient énormes pour assurer à la fois l’enseignement des élèves présents et de ceux dont les parents préféraient les garder à la maison. Il a fallu aussi mener des actions pour atténuer l’angoisse et le stress suscités par la pandémie.

En coopération avec « Puntos de Encuentro » (Points de rencontres), une association avec laquelle il y a des relations depuis plusieurs années, des vidéo-conférences ont permis des discussions sur des thèmes très variés et de mettre en pratique des techniques de relaxation, de storytelling (une technique de communication narrative par écriture libre comme un conte, pour sensibiliser et mieux mémoriser un message)

Lire la suite...

mercredi 23 décembre 2020

BILAN de l’Année scolaire 2020 du Centre Doris Maria Morales Tijerino

selon les lettres de la directrice Yesarela Mendoza
L’année s’est passée avec de grandes difficultés mais aussi riche en nouvelles expériences pour accompagner les jeunes. L’important est de transmettre des messages forts pour continuer les tâches quotidiennes et recharger l’énergie dans cette époque pleine d’adversités, dit-elle.
Chaque année la coopération entre les trois centres continue à se renforcer.

Les deux psychologues du projet pédagogique se partagent le travail. L’une d’elles est Cristian Padilla qui a une expérience de 10 ans. Du fait de la pandémie où beaucoup d’élèves ont étudié par internet, elle a fait ses interventions d’une heure chaque fois par vidéoconférence. Un des thèmes fut : Comment gérer nos émotions en relation avec nos enfants dans le contexte actuel de la pandémie.
Les psychologues et les enseignants sont également très attentifs pour éviter tout harcèlement, soit dans les classes, soit par les réseaux sociaux.
débat au Doris.jpeg
Débat au Doris
Cette année, les potagers scolaires ont permis de mettre l’environnement en valeur, de transmettre l’amour pour la terre aux élèves et d’utiliser les récoltes pour les repas et goûter des élèves.
Les élèves ont également participé à un concours avec d’autres établissements scolaires autour d’idées innovantes, de la culture de la paix et la qualité de l’éducation. C’est une élève en terminale qui a reçu le 1ier prix pour la création d’une « boîte » dans laquelle les élèves peuvent faire part de leurs soucis, d’éventuels abus ou problèmes et soulager ainsi leurs émotions.
Enseignants.jpeg Les enseignants ont parfois aussi besoin de lutter contre le stress. (avec la psychologue Nydia) Les promotions ont eu lieu le 28 novembre. Le lieu a été décoré avec du matériel de recyclage.

Lire la suite...

Le Nicaragua après le passage de l’ouragan IOTA

Le 17 novembre 2020 un deuxième ouragan de catégorie 5 s’est abattu sur le Nicaragua avec des vents de 260 km/heure, des pluies torrentielles accompagnées de tonnerre et d’éclair, causant 6 morts et des destructions encore plus importantes que ETA avant de continuer sa route vers le Honduras causant également la désolation.

Le directeur adjoint de SINAPRED (Système National de Prévention des Désastres) avertit de l’augmentation et de plus grande intensité des ouragans en Amérique Centrale dû au changement climatique.
Iota.jpg

Lire la suite...

jeudi 19 novembre 2020

GUATEMALA Assassinat de Domingo Choc, médecin traditionnel et guide spirituel maya

Domingo Choc.jpg Au Guatemala, la police a arrêté deux hommes et deux femmes soupçonnés de meurtre après qu’un guide spirituel autochtone Maya respecté a été torturé, aspergé d’essence et brûlé vif après avoir été accusé de sorcellerie. Cela s'est passé en été 2020.

Domingo Choc Che, 55 ans, expert en phytothérapie traditionnelle qui avait travaillé avec des chercheurs de l’University College London, a été saisi samedi soir dans sa maison du village de Chimay par un groupe de personnes.

Les ravisseurs l’ont accusé d’avoir organisé une cérémonie sur une tombe familiale et l’ont torturé et battu pendant plus de 10 heures avant de l’incendier dimanche matin, selon un procureur local. Trois autres suspects sont toujours en fuite.

Une vidéo largement partagée de ses derniers moments montre Choc Che en flammes et implorant de l’aide avant de s’effondrer. Personne ne vient à son aide. Son assassinat a suscité l’indignation au Guatemala et au-delà, et évoque de sombres souvenirs de la guerre civile génocidaire du pays, au cours de laquelle la population indigène a été soumise à une cruauté systématique.

«Nous sommes indignés. Comment est-il possible que notre propre peuple se comporte de façon aussi ignorante? » a déclaré Jose Che, le secrétaire de l’association des conseils spirituels Relebaal Saqe du Guatemala.

«Il y a depuis longtemps de la discrimination et du racisme contre les Mayas. Ils ne respectent pas notre cosmovision, notre spiritualité. » Choc Che était un ajilonel, ou spécialiste de la médecine maya, mais il avait participé à une série de projets de recherche scientifique et travaillé à conserver les connaissances traditionnelles et les remèdes à base de plantes.

« Nous avons perdu une bibliothèque de connaissances et un grand-père qui avait une vaste connaissance de la médecine et de la façon de prendre soin de la terre », a déclaré Mónica Berger, sociologue et anthropologue à l’Université de la vallée du Guatemala.

Choc Che était l’un des 30 participants à un projet lancé en mai 2019 pour documenter les plantes médicinales traditionnelles dans le département reculé de Petén. Le projet a été lancé en collaboration entre University College London, Zurich University et University of the Valley.

Lire la suite...

Nicaragua et l’ouragan Eta

ouragan Eta.jpg

L’ouragan Eta a détruit 1830 habitations et d’autres 8 030 sont endommagées. On évalue les dommages matériels à 174 millions de $US. Presque 2 millions de personnes étaient exposées à l’ouragan, surtout dans la région autonome des Caraïbes du Nord, le triangle minier, Nueva Segovia, Jinotega et Chinandega.

Pendant le passage de l’ouragan 71 145 personnes étaient évacuées dont 47 297 étaient hébergées dans 325 refuges, sans avoir à enregistrer des pertes humaines.

16 centres de santé et parmi eux l’hôpital de Bilwi sont endommagés.

Il y a aussi des dommages causés à 45 écoles, à l’installation de traitement de l’eau potable de Bilwi, à 66 ponts, 900 km de chemins, d’édifices publics, de stades etc.

L’électricité était coupée dans 49 273 habitations etc. Il a affecté un quart des aires protégés. Les plantations sont également complètement dévastées.
ouragan.jpg

Lire la suite...

lundi 5 octobre 2020

Lettre info septembre 2020

L’été était riche en évènements malgré la pandémie. Le 41ième anniversaire de la révolution n’a pas pu être fêté comme les années précédentes, mais la population est sortie dans les rues un peu partout dans tout le pays.





Le 40ième anniversaire de la campagne d’alphabétisation et de la jeunesse sandiniste donnait aussi lieu à des célébrations.

Le CDI a également organisé une petite fête et puis la grande kermesse
reina y cacique 2.jpgpublic.jpg

La kermesse ou la fête du maïs est chaque année un événement important qui permet à la fois

_ de valoriser la culture des différentes régions du pays : dans chaque classe du CDI les enfants défendent une région, une reine et son cacique sont alors élus pour représenter cette région.

_ de rassembler les familles des enfants et élèves et des sympathisants du projet

_ de récolter des fonds (cette année pour réparer le toit d’un des bâtiments)

Cette fête demande un travail énorme et implique tout le personnel et d’autres bénévoles.


fiesta mais.jpgcocineras.jpg


Lire la suite...

samedi 25 juillet 2020

Les potagers scolaires du projet Doris Maria Morales Tijerino

Profitant de la saison des pluies et de la faible assistance des élèves, ce projet a été mis en route. Tous les terrains disponibles vont être transformés en potagers.
con los del MEFCCA.jpg

Au CDI Eduardo Contreras
MEFCCA en el CDI.jpg

Les techniciens du MEFCCA (Ministère de l’économie familiale, communautaire…) sont venus pour conseiller l’utilisation de l’espace, les types de plantations, la préparation d’engrais organique, de fertilisants et de répulsifs de nuisibles.

Lire la suite...

mercredi 22 juillet 2020

Souveraineté alimentaire en temps de Covid-19 au Nicaragua

Article du 6 juillet 2020 de Canarias-semanal.org

Plusieurs agences de l’organisation des Nations Unies anticipent une pandémie de la famine mondiale provoquée par le confinement pendant le Covid-19, au point que le chef du programme mondial d’alimentations dit qu’il existe un réel danger que davantage personnes peuvent mourir à cause de l’impact économique du Covid-19 que par le virus.

On anticipe qu’au moins 10 millions de latino-américains s’ajouteront aux 3,4 millions qui souffrent déjà de l’insécurité alimentaire chronique dans la région.

Mais dans le deuxième pays le plus pauvre du continent, le Nicaragua on ne voit pas de pancartes « nous avons faim » comme c’est le cas dans d’autres pays. Les marchés sont approvisionnés et les prix restent stables. Les paysans et paysannes nicaraguayens produisent presque tous les aliments que la nation consomme et il y a quelques excédents pour l’exportation.

Comment est-ce possible ?

Dans l’article « Politiques sur les répercussions du Covid-19 sur la sécurité alimentaire et la nutrition » du 9 juin 2020, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, ne demande pas seulement l’adoption urgente de mesures pour faire face à cette crise de la famine, mais aussi de profiter de cette opportunité pour adopter des systèmes d’alimentation plus soutenables. Cette transition – de la dépendance de l’agrobusiness à la souveraineté – est exigée par les paysans du monde entier depuis la fondation de « la via campesina » en 1993.

La réponse de « la via campesina » est la souveraineté alimentaire qui se définit comme le droit des peuples aux aliments nutritifs et culturellement adaptés, produits de façon soutenable et le droit de décider de son propre système alimentaire et productif.

Il priorise

1- La production agricole locale pour alimenter la population

2- L’accès à la terre, à l’eau, aux semences et au crédit des paysans avec ou sans terres

Rappelons que les paysans et petits producteurs produisent entre 70 et 75% des aliments du monde sur moins d’un quart de terres agricoles.

Lire la suite...

vendredi 26 juin 2020

Nouvelles du projet pédagogique DMMT du mois de juin 2020

La saison de pluie a commencé et a provoqué quelques inondations.

A cause de la panique créée par la campagne de désinformation de l’opposition, l’assistance des élèves aux cours est faible et une majorité a opté pour un enseignement en ligne.

Dans les centres s’appliquent les mesures de prévention du MINSA (Ministère de la Santé) et du MINED (Ministère de l’Education) : lavage des mains toutes les 20 minutes, distanciation, nettoyage des installations au chlore.
ninos con sus maestras.jpg

Lire la suite...

mercredi 13 mai 2020

La situation du projet pédagogique DMMT de mars à mai 2020

A!!!u Doris, une délégation d’élèves avec 3 professeurs du lycée norvégien est venue en mars et a dû écourter le séjour à cause de l’annonce de la pandémie..
Doris flûtes.jpeg Doris mars 2020.jpeg Plats préparés par les élèves pour leurs invités Des 188 élèves inscrits seulement 40 à 50 ont assisté aux cours par peur de la pandémie Actuellement les enseignants partagent le temps entre enseignement dans les classes et celui en ligne par l’envoi de devoirs qui sont corrigés quotidiennement et de vidéos, La plupart ont néanmoins assisté aux examens, mais avaient aussi l’option de les passer en ligne. Pour les élèves présents, les mesures de prévention du Ministère de la Santé et celui de l’Education sont appliquées.

Lire la suite...

lundi 27 avril 2020

Qui sont les Mayangnas ?

Le nom mayangnas peut se traduire par « nous sommes les fils de notre père le soleil ». On les désigne aussi sous le nom de « sumus ». C’est ainsi que plusieurs populations indigènes furent désignées par les colons espagnols et anglais mais ceci avait une connotation méprisante.

La Côte Atlantique du Nicaragua, décomposée à présent en deux régions autonomes : celle de l’Atlantique Nord, RAAN, et de l’Atlantique Sud, RAAS, fut autrefois un territoire vide. La première population qui l’a habité a été celle des Mayangnas.

Leur origine reste néanmoins incertaine. Venaient-ils du Nord ou du Sud ? Tout ce que l’on sait est qu’ils étaient déjà présents avant l’arrivée d’autres tribus, comme par exemple les Wayah, nom qu’ils donnaient aux Miskitos.
sauda_28-2-2020_2.jpg

Lire la suite...

lundi 13 avril 2020

La rentrée scolaire 2020 en photos

rentrée 2020.jpg rentrée CDI.jpg rentrée CDI 2.jpgrentrée CDI3.jpg

Lire la suite...

Compte-rendu du voyage de Lucie

Voici le compte rendu de mon voyage au Nicaragua de 3 semaines en octobre 2019.

Cette fois-ci, je suis partie avec mon fils de deux ans et mon cousin de 17 ans. Les voyages en avion se sont bien passés.

Sur les grandes routes qui relient l’aéroport à la capitale, j’observe plus de grandes enseignes mais pas follement non plus. J’étais restée 6 mois en 2015 puis revenue un an plus tard. Entre 2015 et 2016 j’ai clairement été plus impressionnée par les nouvelles constructions que cette fois, 3 ans plus tard. Par contre, j’ai noté l’arrivée de l’enseigne Wallmart dans la capitale dont je ne me souvenais pas.

Au final, j’ai été très touchée par l’impact de la crise politique de l’année précédente sur le pays. J’ai glané des informations, des témoignages partout où nous allions pour avoir l’image la plus diverse possible. Il en est ressorti que les petits commerçants ont le plus souffert et beaucoup ont dû fermer leur boutique. Les marchés des villes ont d’après ce qu’on m’a dit pris beaucoup d’ampleur du coup, les personnes quittant leur magasin pour aller vendre au marché. Un jeune homme papa de deux enfants que j’ai rencontré dans un bus me racontait que lui vendait de l’ail et sa femme avait une boutique de vêtements. Ils n’arrivaient plus vraiment à dégager de l’argent pour leur famille, juste de quoi payer les charges. Au final, il m’a semblé que les gens continuent de travailler, en espérant que le temps va redresser la barque.

Lire la suite...

mercredi 15 janvier 2020

Bilan de l’année scolaire 2019 des Centres pédagogiques DMMT

Extraits du rapport des psychologues Cristian Padilla et Nidia Pasquier

Maternelle du CDI Eduardo Contreras : Des 158 enfants des trois sections 96% ont réussi à passer à la section suivante. 59 enfants vont commencer l’enseignement primaire.

Ecole primaire du CDI Eduardo Contreras : De 266 élèves des 6 classes 4 devront redoubler et 18 passeront au collège.

Angelita Morales : 11 enfants ont assisté à l’enseignement accéléré, un élève n’a pas continué. 5 élèves ont réussi l’examen du 3° cycle

Ecole primaire du Doris Maria Morales Tijerino : Des 48 élèves tous ont réussi leur année scolaire et 20 passeront au collège

Collège : Des 191 élèves, 4 devront redoubler et 37 ont passé le baccalauréat.

maternelle CDI.jpgprimaria CDI.jpg

L’année scolaire commence en février, toutefois en janvier des ateliers de formation des enseignants furent organisés ainsi que des réunions pour discuter les objectifs. En ce qui concerne la discipline, il y avait de différences d’opinion. C’est donc lors d’incidents et de fautes graves que des solutions ont été recherchées dans des réunions avec les élèves et leurs parents.

En début d’année les nouveaux élèves passent des tests afin de détecter d’éventuelles difficultés dans l’apprentissage dans le domaine de la mémoire auditive, de la vision, de latéralité et de la prononciation. Les résultats sont remis aux parents et aux enseignants afin d’être attentifs à ces problèmes et d’apporter un soutien individuel. Ainsi 70% des élèves ayant des difficultés d’apprentissage ont pu les surmonter. Parmi les autres 30% se trouvaient les enfants ayant différents handicaps.

Monographies

Les élèves de dernière année d’enseignement primaire et ceux de fin d’études secondaires ont préparé des monographies sur les thèmes suivants : Ecologie, changement climatique, utilisation correcte des réseaux sociaux et bonnes habitudes alimentaires

Lire la suite...

jeudi 12 décembre 2019

Quelques aspects de la situation au Nicaragua (octobre 2019)

Les évènements violents de l’année 2018 continuent à affecter le pays dans le domaine de l’économie. Le tourisme a repris doucement, toutefois la plupart des personnes qui avaient perdu leur emploi l’année dernière, ne l’ont pas retrouvé.

Un exemple : En 2017 Granada avait 146 hôtels, auberges et lieux d’hébergement. L’année dernière il n’y avait plus que 91. 202 établissements touristiques, tel que des hôtels, bars, restaurants ont fermé. Les pertes de ce coup d’état s’élèvent à 296 millions de dollars dans le secteur du tourisme selon les informations de Intur.(Institut nicaraguayen de tourisme)

Le gouvernement a lancé des campagnes pour inciter à entreprendre, aussi bien dans le domaine agricole que dans le recyclage et de faire preuve de créativité (de sorte que même un nouveau mot, le « emprenderismo » a fait son apparition)

Lire la suite...

- page 1 de 34