La boulangerie fonctionne aussi, même si la production est faible par manque de commercialisation. Par contre, le terrain du centre est maintenant pleinement utilisé pour la plantation de bananes plantain, maïs, haricots rouges et grenadilles (à l’exception de l’aire de jeux).





Un kiosque « la Pikinera », devant le supermarché paysan du CIPRES est loué pour vendre les produits provenant du centre : pains, pâtisseries, fruits, légumes, plantes. Cependant la majeure partie de la production est utilisée pour les repas. Un réservoir d’eau a pu être acheté grâce à l’appui d’un groupe de Hollandais. Il a été mis en service pendant notre séjour.

Je suis intervenue dans les deux classes et j’ai trouvé des élèves attentifs et curieux. Toujours dans le but de trouver des financements sur place, nous avons commencé un « projet confitures ». Pendant quatre après-midi, avec des élèves volontaires, nous avons confectionné des confitures (pastèque, orange, citrons d’une part et ananas d’autre part), ce qui a aussi permis un contact plus étroit avec les élèves très intéressés par cette activité … et d’une surprenante habilité pour éplucher et à couper les fruits



En lien avec le CIPRES (Centre d’investigation et de promotion pour le développement rural et social), le centre Angelita Morales a organisé un séminaire

« Formation à l’économie domestique et à l’éducation pour la vie »

pour des jeunes de la commune rurale de Pueblo Nuevo et qui étaient aussi nourris et logés sur place dans des pièces aménagées.

Le programme était très vaste et concernait tous les aspects de la vie : économie familiale, utilisation adéquate des équipements, les produits toxiques, recyclage des déchets, l’importance et la préservation des sources d’eau potables, l’éducation sexuelle, les maladies sexuellement transmissibles, les méthodes anticonceptionnelles l’hygiène personnelle et de la maison, l’alimentation équilibrée, nutrition selon l’âge et pour finir des recettes de cuisine.

Ce séminaire a connu un grand succès et il est envisagé de le reconduire en 2009.

Le budget 2008 avait été évalué à 9 156 €, avec une participation de 4 780 € de la part de INTI et l’appui du Conseil Général de la Savoie de 2 500 €.

Nous sommes heureux et reconnaissants que ce projet a été retenu pour le Prix de la Solidarité 2008 et nous tenons à exprimer ici nos remerciements. Au cours de l’année scolaire, nous avons envoyé 7 000 $US et nous venons d’envoyer 3 000 $US, soit 8 000 €.

Les dépenses étaient les suivantes :

Salaires et charges 3 835 €

Services de base Eau 1 166 € Électricité 746 € Téléphone 319 € Produits nettoyage 220 € Maintien bâtiments 600 €


3 051 €

Carburant pour transport élèves 475 €

Soit--- 7 361 € (au lieu des 7 280 € prévu dans le plan de financement)

Les coûts de direction et d’administration sont pris en charge par l’association Doris Maria Morales Tijerino DMMT.

Les bénéfices tirés des activités du centre sont pour le moment assez faibles, mais, d’une part, ils ne tiennent pas compte du fait qu’elles ont permis à des élèves du programme d’acquérir une expérience et une formation, et, d’autre part, il est raisonnable de penser que la clientèle s’accroîtra au fur et à mesure que les points de vente seront mieux connus et que de nouveaux produits seront proposés, comme les confitures par exemple.

Bénéfices de la boulangerie 60 € Bénéfices vente au kiosque 165 € Séminaire « économie domestique » 350 € Bénéfice repas pour bureaux de vote 50 €

Soit-- 625 €

Ces fonds sont affectés au matériel didactique et pédagogique pour l’enseignement, l’économie domestique, le jardinage et la boulangerie. Ils sont complétés par quelques dons de personnes solidaires.

Ainsi, le projet continue avec de petits moyens, mais avec beaucoup de persévérance et d’enthousiasme, rêvant qu’un jour nous aurons les moyens d’assurer un contrat à un boulanger et un jardinier professionnels pour assurer une vraie formation professionnelle. Cette année, sept des 55 élèves ont terminé l’école primaire accélérée. La directrice, Rosario Pasquier-Luna, écrit que la cérémonie de la promotion était très émouvante et que les élèves ont quitté le centre en pleurs. Ils y avaient trouvé une attention et une tendresse qu’ils n’ont pas toujours dans leurs foyers et devront affronter sans doute une réalité plus dure.