L’année scolaire est toujours rythmée par les différentes manifestations culturelles à l’occasion de la fête des mères, des pères, des enfants, des enseignants, de la fête du maïs (en septembre). Ce sont des occasions de rencontres entre parents et enseignants et elles génèrent en général quelques rentrées d’argent pour effectuer quelques réparations et acheter du matériel pédagogique.

Un concours a été organisé pour collecter papier et bouteilles plastiques pour sensibiliser les enfants au problème des déchets. Plusieurs institutrices s’impliquent aussi dans les journées de nettoyage de leur quartier et dans les campagnes d’alphabétisation. Au niveau national, une grande campagne d’alphabétisation a eu lieu pour les peuples indigènes. Le centre Angelita Morales a hébergé dix-huit Miskitos pour leur permettre de participer au concours qui a eu lieu à Managua.

Yamileth, l’une des deux institutrices de l’Angelita donne des cours de couture les après-midi et six élèves de ce centre ont appris la couture. Deux élèves qui ont passé leur enseignement primaire à l’Angelita, travaillent au CDI, tout en continuant leur scolarité au Doris. (Kenneth à la boulangerie et Maria Mercedes à l’atelier travaux manuels. C’est là que sont élaborées les cartes brodées. Un comité de solidarité de Miami en achète. Bien que finement brodées, elles ne correspondent peut-être pas assez au goût français et il faudra voir avec eux pour trouver d’autres modèles car nous sommes toujours à la recherche d’une alternative aux calendriers pour le financement de nos projets. Vos idées sont les bienvenues. Après les cours, les enseignants participent souvent aux travaux manuels. Ainsi elles se sont retrouvées pour réaliser une commande de 100 paniers avec du papier journal. La matière de ces paniers ressemble à s’y méprendre à du cuir.

La communication entre parrains et enfants fonctionne plutôt bien pour la majorité. Pour le mois de novembre, une exposition de peinture des ateliers Constellation est prévue.

Chinandega

La transformation de la Casa Comunal San Cristobal en coopérative multisectorielle et le projet des jeunes du Cybercafé exige beaucoup de travail là-bas et ici. C’est Joseph qui assure la communication très suivie à ce sujet. A l’heure où j’écris, l’argent transféré par la banque n’est pas encore arrivé ce qui freine l’avancement des travaux. Les jeunes auraient souhaité être prêt pour l’époque de fin d’année où les habitants du quartier communiquent le plus avec leurs familiers émigrés. Nous espérons que ce problème sera vite réglé.

Parmi les jeunes travaillant avec un grand enthousiasme à la réalisation du cybercafé il y a :

Juan Avendano Il est le vice-président de la coopérative et s’occupe de la caisse et également du micro-crédit. Il est chargé de donner des informations sur le projet. Il est toujours économiquement dépendant de sa mère.

Juan Carlos Lopez Il a une formation en informatique et maintenance des ordinateurs. Il est chargé de vérifier si les clients du micro-crédit donnent suffisamment de garanties pour pouvoir rembourser. Il n’a pas de revenus et il est prévu qu’il aura un emploi dans le futur cybercafé.

Ubania Rivera Vega est chargée de la trésorerie. Elle n’a pas de travail. Son mari a émigré et lui verse de quoi vivre avec leur enfant. Elle continue ses études d’informatique et il est prévu qu’elle aura aussi un emploi dans le futur cybercafé.

Judith Rivera Vega Elle s’est mariée récemment et son contrat à la mine d’or de Limon a été renouvelé. Elle continue néanmoins à s’impliquer dans les différentes activités de la coopérative.

Freddy Canales a longtemps animé l’atelier Constellation. Maintenant il a terminé ses études et doit encore écrire sa monographie. Il a trouvé un emploi comme auxiliaire dans une entreprise de pièces détachées pour moto. Pour le moment, il n’est plus disponible.

Humberto Alvarado (Beto) est parmi les plus actifs. Il assure la comptabilité de la coopérative. Ada Soza (du CIPRES) lui a permis d’entrer en contact avec d’autres coopératives pour lesquelles il fait aussi la comptabilité.

Sinon, la casa comunal – coopérative continue à offrir les mêmes services à la population. Au mois d’août, une brigade de médecins du monde a donné des consultations aux habitants du quartier.

Une association « somos azul » réalise aussi des ateliers de formation pour des jeunes qui veulent se lancer dans la création d’ une entreprise. Cette association leur a aussi offert un espace sur leur Web pour présenter les différentes activités et prestations de la coopérative. coop Chinandega