Le suivi des projets

Joseph s’est énormément investi dans le projet du Cybercafé de Chinandega. Par son questionnement dans les moindres détails, il a obligé les jeunes partenaires à réfléchir sur toutes les implications, à faire beaucoup de démarches, à essayer de réduire les coûts etc. et ce n’est qu’en ayant la plupart des réponses que l’argent a été transféré. Cela a sans doute retardé un peu l’inauguration du cybercafé. Néanmoins le projet avance bien et le service est prévu pour la fin du mois. Un rapport de 14 pages est disponible pour ceux qui s’intéressent particulièrement à ce projet et qui en font la demande.

Nous irons au Nicaragua au mois d’août de cette année ce qui est pour nous toujours le meilleur moyen de constater le bon fonctionnement des projets, et de voir quelles améliorations peuvent être apportées, notamment une meilleure communication avec la direction du Doris.

Quelle place donner à l’information ? Pour beaucoup de parrains, l’essentiel paraît être de savoir que les enfants aient accès à une bonne éducation, un bon enseignement et d’avoir de temps en temps des nouvelles. Pour d’autres la situation économique, politique et culturelle du Nicaragua est importante, ainsi que le fait que INTI s’est créée dans l’esprit de la révolution sandiniste. Les médias français ne parlent guère de cette région du monde. Il nous paraît donc important d’aborder dans chaque lettre un thème. Nous pensons aussi à l’éventualité d’alimenter notre site WEB chaque fois qu’un article est prêt et de faire un résumé par exemple deux fois par an pour ceux qui n’utilisent pas Internet. Ce serait plus souple, moins coûteux et aussi mieux pour l’environnement. C’est un équilibre difficile à trouver entre une information utile et une trop grande abondance. À discuter lors de l’assemblée générale.

Les activités de l’association La collecte de fonds reste une nécessité et donc une priorité. En dehors de la Foire aux Livres que INTI organise chaque année conjointement avec le CCFD, nous n’avons pas d’autres opportunités pour l’instant. Lors de la prochaine Assemblée Générale (date pas encore fixée) je demanderai aux membres actifs de se prononcer par rapport à la participation à la prochaine semaine de la Solidarité. La charge repose sur Christine, Denise, Joseph et moi. Pendant toutes ces années de sensibilisation, nous n’avons pas trouvé de nouveaux adhérents. Donc cela signifie beaucoup d’énergie et de temps sans retombées financières pour financer nos projets, tandis que l’organisation d’une soirée festive et culturelle avec une autre association a jusqu’ici toujours rapporté de l’argent. Nous avions rapporté des tableaux naïfs du Nicaragua et ne trouvons pas d’acheteurs et nous nous demandons quel type d’artisanat il faudra ramener lors de notre prochain voyage. Les sacs shopping à 3€ ne partent pas non plus. Qui pourrait se charger d’en vendre ? Donc le financement est un gros problème. Heureusement nos amis de Lyon et de Strasbourg, ainsi que le Club Nicaragua ont vendu des calendriers Constellation au profit de INTI. Un grand merci.

Vous trouvez ci-joint : - le bilan financier de l’année 2010 - un bref bilan du CDI Eduardo Contreras de l’année scolaire 2010 - un article sur le BON ALIMENTAIRE PRODUCTIF - un entretien avec Eva Acevedo - et un article « Alliance antisandiniste »

Bonne lecture. Bonne Année. Et merci pour votre solidarité. Cordialement Ruth Mougel