Le programme « campesino a campesino » (PCAC) cherche à valoriser et à préserver ces semences depuis des années. Il y a environ 11 ans, ensemble avec l’union national d’agriculture et d’éleveurs du Nicaragua (UNAG) ils s’efforcent de préserver les pratiques paysannes et indigènes des départements Nueva Segovia et Madriz. Ils transmetent leurs expériences aux autres groupes PCAC disséminé dans 11 autres territoires.

En 2004, le PCAC a impulsé la réalisation d’un diagnostic national. 144 communautés de 34 municipalités ont participé et ont réussi à identifier :

114 variétés de maïs

121 variétés de haricots

18 variétés d’autres légumineuses

24 variétés de sorgho

8 de riz

Ce processus d’identification continue.

Les banques de semences se multiplient dans les municipalités

Toutes ces organisations divulguent leurs expériences et attirent l’attention sur les danger que représente l’introduction des OGM’s pour la population et le patrimoine génétique national.

Ces variétés permettent à beaucoup de familles paysannes de survivre.