L’AG a commencé par un tour de table qui a permis aux différents participants de mieux se connaître.

Election du bureau :

Faute de nouveaux candidats, le bureau a été reconduit.

LES PROJETS SOUTENUS PAR INTI :

Les différentes activités qui permettent de trouver les fonds nécessaires à la vie d’INTI et leur détail financier avaient fait l’objet de documents écrits, diffusés avant l’AG avec la lettre d’information hiver 2011. Seuls les points principaux ont été rappelés. Lors de l’AG, la priorité a été donnée aux témoignages de terrain de Ruth et Joseph qui ont pu visiter les différents projets durant l’été 2011. Pour finir quelques vidéos ont été visionnées pour montrer la faune et la flore de Solentiname (archipel au sud du lac Nicaragua) et du Rio San Juan (fleuve bordant la frontière Sud et qui relie le lac à l’Océan Atlantique).

Le programme éducatif à Managua incluant

• le CDI (centre de développement infantile) « Eduardo Contreras »,

• le DMMT, collège « Doris Maria Morales Tijerino »

• et l’Ecole primaire accélérée « Angelita Morales » pour enfants, adolescents et jeunes adultes n'ayant jamais été scolarisés

Concernant les recettes 2011, en plus des parrainages et dons (19 267€), il a été rappelé la progression remarquable de l’apport du Club Nicaragua du collège Saint-Exupéry de Bourg St Maurice. De 2.519 € en 2009, il est passé à 3.765 € en 2010 et 5.737 € en 2011 ! Il y a plus qu’un doublement en 3 ans. En 2011, cet apport a atteint presque 23 % des recettes d’INTI. Que tous les élèves qui en sont membres avec leurs familles et Madame CARESMEL, professeur d’espagnol en soient chaleureusement remerciés !

Ruth a rappelé que le CDI accueille 92 élèves en crèche, 170 en Maternelle et 154 en primaire (3 premières années uniquement). L’effectif total est en hausse. L’apport d’INTI représente environ 11.5% de son budget total, mais près de 23% des bourses distribuées. De manière plus concrète, ceci correspond aux frais complets de scolarité de 45 élèves. Sur place, Ruth et Joseph ont constaté que les locaux du CDI restent très bien entretenus (Travaux de peinture, électricité et étanchéité des toits effectués ou en cours). Les objectifs et programmes scolaires sont bien définis (intégrant des activités comme la musique, peinture, natation, ..) A noter que deux enfants handicapés sont intégrés dans chaque classe ; un suivi médical des élèves a été mis en place de manière bénévole ; la formation et la promotion interne du personnel sont également prises en compte. Ceci étant, les salaires des professeurs restent faibles (150 US$/mois) A ce niveau, il y a un risque de départ de certains professeurs. Il faut souligner que les frais de scolarité demandés aux parents sont nettement moins élevés que dans les écoles privées environnantes. De ce fait, certains professeurs peuvent être tentés de changer d’école pour gagner plus. Une démission sans préavis s’est ainsi produite récemment.

Au DMMT, 102 élèves sont en primaire et 125 en secondaires. L’apport d’INTI représente 3.3% du budget total ou de manière plus concrète a permis de parrainer 22 élèves. Comme au CDI, Ruth et Joseph ont trouvé un fonctionnement très satisfaisant. Le DMMT bénéficie aussi d’un échange avec un collège de Kristiansand en Norvège portant sur la biodiversité.

L’école primaire accélérée « Angelita Morales » s’adresse aux élèves issus de milieux défavorisés, n’ayant pas pu suivre une scolarité normale. Elle n’existerait pas sans INTI, car l’admission est gratuite afin d’encourager les familles. La totalité du budget est pris en charge par INTI. L’apport d’INTI a permis l’inscription de 33 élèves. Les enfants suivent un programme de rattrapage sur 3 ans au lieu de 6. A noter que l’école accepte des enfants en cours d’année et propose aussi des formations professionnelles (boulangerie, cuisine).

La maison communale de Chinandega / COMUCRIS (Casa comunal qui a été transformée en 2009 en coopérative multiservices, la COMUCRIS)

Après un rappel de l’historique de la « Casa comunal », Joseph a rappelé les principales activités aidées par INTI

• le micro crédit

• les projets de cybercafé et mini cinéma

En 2011, en plus de dons privés (320€), les financements sont venus principalement de l’ASPAC (groupe de Pilar à Grenoble) organisatrice d’une "pena latina" (1066€) et du Conseil Général de Savoie par le solde de 500€ correspondant au prix de la solidarité attribué en 2010.

Concernant le micro-crédit, sa pérennité est toujours en péril. Une amélioration de son suivi comptable a été préconisée par Joseph qui reste en contact étroit avec Humberto (Beto). Sinon, Ruth et Joseph ont pu aussi découvrir de leurs propres yeux le fonctionnement du cybercafé lors de leur voyage du 14 août au 4 septembre 2011. Après quelques mois de fonctionnement, la situation semble encourageante. Là aussi, Joseph souhaite aider à ce que la gestion devienne plus rigoureuse afin d’en assurer la pérennité.

DISCUSSIONS SUR LA SITUATION AU NICARAGUA

En 2011, tous les intervenants étaient d’accord pour dire que l’économie du pays est en voie d’amélioration.

Ruth a également fait remarqué que les récentes victoires électorales du FSLN se sont traduites par une amélioration de la représentation des femmes (plus de 53% des députés FSLN sont des femmes).

Nous attendons toujours vos réflexions, suggestions et questions auxquelles nous répondrons volontiers.