Actualité

Fil des billets

lundi 9 juillet 2018, 13:51

Nicaragua – par Jorge Capelan – le 1 juin 2018

Cet article a été écrit pour répondre à une campagne de désinformation dans les pays scandinaves.

Larges extraits

_ Jusqu’il y a peu de temps, le Nicaragua fut un pays exemplaire en Amérique centrale, une des régions les plus violentes du monde.

_ Les indices de criminalité furent les plus bas d’Amérique Latine

_ La croissance économique, entre 4 et 5%, fut la deuxième de la région, après Panama

_ C’était un des pays d’Amérique Latine avec la plus forte réduction de la pauvreté absolue et relative.

_ C’était le seul pays de la région qui produisait lui-même 90% des aliments consommés

_ C’était un des rares pays d’Amérique Latine et du tiers-monde qui produisait tous les livres scolaires pour tous les niveaux, de la primaire à l’université et pour l’Education des adultes

_ Il avait réussi à freiner l’exode vers les Etats-Unis

_ Il était en train de se convertir en une destination touristique mondialement reconnue par les voyageurs à la recherche de paix, de tranquillité et d’expériences culturelles saines et respectueuses de l’environnement

_ Il avait atteint un niveau de participation politique de la femme qu’on ne trouve que dans les pays développés

_ Il avait réussi à freiner les cartels de la drogue et du le crime organisé.

En quelques semaines cette image de développement humain et soutenable au milieu d’une région centraméricaine souffrant de misère et de criminalité a été sérieusement endommagée.

Pourquoi ? Parce qu’on est en présence d’une rébellion populaire contre un régime injuste et tyrannique ? NON !

Ce qui se passe au Nicaragua n’est pas une insurrection populaire, mais une opération de changement de régime. Le peuple n’accule pas le gouvernement, ce sont des groupes de l’extrême droite appuyés par des bandes de délinquants qui ont pris en otage la population depuis des semaines, ce alors les forces de l’ordre ont reçu des ordres stricts de ne pas quitter leurs installations pour réprimer les terroristes.

Ce que font les supposés « paladins de la démocratie » au Nicaragua, c’est couper les routes empêchant les gens d’aller au travail, les paysans à sortir leurs récoltes, les personnes âgées et les malades à percevoir leurs retraites et à obtenir des médicaments, aux enfants et jeunes d’aller étudier. Ils menacent les gens, interdisent de les filmer, les séquestrent …. En plus, ils saccagent et brûlent les biens publics, les centres de santé, les ambulances, les écoles, les bureaux du FSLN.

Lire la suite...

jeudi 17 mai 2018, 10:00

Situation au Nicaragua par Maurice Lemoine

C’est dans une déclaration datée du 16 avril que le président de l’Institut nicaraguayen de sécurité sociale (INSS) Roberto López a rendu publiques une série de mesures destinées à redresser l’institution, laquelle annonce un déficit de 71 millions de dollars (59,8 millions d’euros). Ratifiée le 18 avril par la « résolution 1/317 » du président Daniel Ortega, l’un des leaders de la révolution qui, en 1979, renversa la dictature d’Anastasio Somoza, cette réforme augmentait les cotisations des employeurs, des travailleurs et, surtout, instaurait sur les retraites une contribution spéciale de 5 %. Après un moment de stupeur, cette amputation du pouvoir d’achat d’hommes et de femmes âgés souvent très modestes a provoqué un fort rejet.

Emmenés dans un premier temps par des groupes d’étudiants de l’Université centraméricaine (UCA ; jésuite) et de l’Université polytechnique du Nicaragua (UPOLI) « solidaires de leurs anciens », des milliers de manifestants occupèrent la rue dès le 18 avril contre ce « paquete » qualifié d’« illégal et inhumain ». En quelques heures, cette protestation s’étendit et gagna les villes de province (Jinotepe, Diriamba, Granada, León) et prit un caractère violent, des groupes d’individus vandalisant installations du Front sandiniste de libération nationale (FSLN, au pouvoir), commerces et supermarchés. Une répression particulièrement « musclée » de la police anti-émeutes et des heurts avec des groupes de contre-manifestants provoquèrent les premières victimes – quatre morts le troisième jour, dont un policier tué par un coup de fusil.

Dès le 21 avril, prenant conscience de l’ampleur du mécontentement, le président Ortega fait marche arrière en appelant à un dialogue national après avoir annoncé la révocation de la « résolution 1/317 ». Ce rapide recul ne provoque aucun effet : une large opposition allant du Conseil supérieur de l’entreprise privée (Cosep) et des partis de droite traditionnels jusqu’aux étudiants et à la classe moyenne en passant par les « dissidents », supposément de centre-gauche, du Mouvement de rénovation sandiniste (MRS) affichent leur détermination de continuer la lutte jusqu’à l’obtention du départ d’Ortega et de son épouse, la vice-présidente Rosario Murillo, élue en même temps que lui.

A l’appel du Cosep et des étudiants, les rues de Managua s’embrasent à nouveau le lundi 23 avril contre le gouvernement et, le 28, convoquée par l’Eglise, une « marche pour la paix », au cri de « qu’ils s’en aillent ! », exige « la fin du régime » et réclame la justice pour les morts des dernières semaines – les chiffres annoncés, très imprécis, iront de quarante-trois à soixante-trois.

Tout aussi importante, bien que très peu médiatisée, une manifestation monstre des secteurs populaires sandinistes « pour la paix et le dialogue » réagit le 30 avril en appui au chef de l’Etat.

Lire la suite...

mercredi 16 mai 2018, 13:32

Le Nicaragua dans la tourmente.

(rédigé le 15 mai 2018)

La vague de protestations et de violence qui frappe le Nicaragua depuis le 18 avril ont surpris tout le monde et malgré les appels au calme, les saccages et les destructions continuent.

En même temps ont lieu des marches pour la paix avec la participation de milliers d’habitants.

Les messages les plus fous circulent sur les réseaux sociaux avec des nombres fantaisistes de morts, de blessés, de disparus attribués au gouvernement sans la moindre investigation.

Ce sont les mesures prises par le gouvernement pour assainir le déficit de la Sécurité Social qui ont déclenché la mobilisation des étudiants même si le gouvernement a vite fait marche arrière. Les manifestations ont été très violentes dès le début avec incendies d’écoles, d’hôpitaux, de centres commerciaux, d’édifices publics…

Les raisons de mécontentement de la population ne manquent pas.
Le cas le plus emblématique est celui de Roberto Rivas, président du Conseil Supérieur Electoral qui a accumulé une fortune colossale.

Le mouvement des femmes lutte aussi depuis des années pour la légalisation de l’avortement sans être entendu.
Le contrat avec l’entreprise chinoise par la loi 840 pour la concession du mégaprojet du canal a mobilisé souvent des populations concernées sans qu’elles reçoivent une réponse à leurs revendications.

Malgré la croissance économique continue depuis des années, le Nicaragua reste le deuxième pays le plus pauvre d’Amérique Latine derrière Haïti tandis qu’un secteur de la population s’est beaucoup enrichi.

Lire la suite...

mercredi 16 mai 2018, 13:15

Nicaragua : les causes d’une révolte

• Aurore Lartigue, Bernard Duterme

• 27 avril 2018

• Pays : Nicaragua

En amont de l’épisode tragique de contestations et de répression – 34 morts en trois ou quatre jours – que traverse le Nicaragua, Bernard Duterme, directeur du CETRI et auteur de Toujours sandiniste, le Nicaragua ? (Bruxelles, 2017), a répondu aux questions d’Aurore Lartigue pour le magazine Géo. Si l’actuel gouvernement nicaraguayen s’affiche socialiste, progressiste et démocratique, l’analyse des politiques menées cette dernière décennie met au jour son caractère profondément néolibéral sur le plan économique, confusément (ultra-)conservateur en matières familiale, morale et religieuse et absolument autocratique sur le plan politique. D’où la forte légitimité des contestations en cours, mais aussi leur difficulté à s’affirmer dans une configuration sociopolitique aussi particulière, sur fond d’un basculement de conjoncture internationale défavorable à l’économie nicaraguayenne.

Peut-on parler de dérives autoritaires pour qualifier le régime du président Ortega ?

Avant même son retour à la tête du pays en 2006, Daniel Ortega et son instrument politique – le Front sandiniste de libération nationale (FSLN) dont il a gardé la direction – ont œuvré assidûment à la reconstruction de l’influence perdue sur les différentes sphères de pouvoir (suite à la défaite électorale de 1990). L’autocratisme régnant actuellement, plus qu’une dérive, est à considérer comme l’aboutissement d’un long processus de reconquête et de concentration du pouvoir, par des voies et moyens qui ont régulièrement franchi les limites de la légitimité et de la légalité, et qui ont bradé « l’institutionnalité démocratique » que les sandinistes eux-mêmes avaient édifiée dans la Constitution nationale de 1987. Aujourd’hui, le couple présidentiel (Rosario Murillo, l’épouse du président Ortega, a été élue vice-présidente de la République en novembre 2016) a la mainmise sur l’ensemble des pouvoirs de l’État (exécutif, législatif, judiciaire et électoral), mais également sur une bonne moitié des médias et sur plusieurs grands groupes entrepreneuriaux. Leur domicile privé est à la fois le siège central du FSLN et l’endroit d’où Ortega et Murillo gouvernent le pays, ajoutant ainsi la patrimonialisation du parti et de l’État, ainsi qu’un certain népotisme – les enfants du couple régnant occupent des postes clés de l’économie nationale –, à l’inféodation des institutions, de la police et de l’armée. Depuis les dernières élections locales de novembre 2017, quelque 90% des municipalités sont aux mains du FSLN.

Lire la suite...

mardi 27 février 2018, 19:56

El Salvador – Elections du 4 mars 2018

5,1 millions de Salvadoriens sont convoqués par le Tribunal Suprême Electoral pour élire 84 députés de l’Assemblée Législative et les maires des 262 municipalités de ce pays de 6,5 millions d’habitants.

La campagne électorale a commencé le 3 janvier. Huit partis y participent, parmi eux le parti au pouvoir, le FMLN (Front Farabundi Marti de Libération Nationale) et ARENA, le parti de droite (Alianza Republicana Nacionalista)

La population montre peu d’intérêt pour ces élections.

Même si le futur du pays dépend tellement des ressources naturelles et surtout de l’eau, les candidats parlent très peu de l’écologie. Pourtant le Salvador est très vulnérable face au changement climatique.

Le pays subit une déforestation importante et les sols sont dégradés. Le Salvador a la plus forte densité d’habitants de l’hémisphère, soit 342 habitants par km2.

L’eau est un vrai problème, cependant peu de partis (sauf le FMLN) insistent sur la nécessité d’approuver la loi générale des Eaux. Seulement 30,6% de l’eau est destiné à la consommation contre 5O,6% à l’agriculture.

Pour le moment l’ARENA est en tête des sondages.

lundi 5 février 2018, 08:47

COSTA RICA - Contexte Pré-électoral

Par Rocio Alfaro – ALAI – AMLATINA – 31 janvier 2018

La conjoncture électorale du Costa Rica apparaît très surprenante, dans un pays de tradition « démocratique », respectueux des droits humains, ayant une large couverture dans le domaine de l’éducation, sans grands évènements violents et sans grande pénétration du narcotrafic comme c’est le cas dans d’autres pays…

Mais ceci ne correspond pas à la réalité ; cela fait partie du mythe qui s’est construit autour du Costa Rica et on est surpris de ce qui se passe actuellement si on n’a pas suivi attentivement les évolutions économiques, politiques et culturelles du pays.

Lire la suite...

dimanche 4 février 2018, 09:21

HONDURASS

Honduras « Le peuple a le droit de recourir à l’insurrection pour défendre l’ordre constitutionnel » (Article 3 de la Constitution)

Depuis le 26 novembre dernier, date des élections générales, le Honduras est plongé dans une crise électorale, qui a causé plus d’une trentaine de morts, de nombreux blessés, des centaines d’arrestations arbitraires et des personnes portées disparues.

Selon la formule consacrée, nous aimerions dire que cette crise est sans précédent. Ce n’est malheureusement pas le cas. Elle trouve ses racines dans le coup d’Etat militaire perpétré le 28 juin 2009. Cette rupture institutionnelle (qualifiée pudiquement par certains de transition constitutionnelle) a, par la suite, été entérinée par le concert des nations qui a misé (à tort) sur le fait que la tenue d’élections en novembre 2009 pourrait donner l’illusion d’un retour à la normalité. En réalité, la crise actuelle n’est que le dernier épisode du feuilleton sanglant qui se joue au Honduras depuis 8 ans.

Lire la suite...

dimanche 4 février 2018, 09:02

AGRESSIONS CONTRE LA CARAVANE DU CONSEIL INDIGÈNE

COMMUNIQUÉ AU SUJET DES AGRESSIONS CONTRE LA CARAVANE DU CONSEIL INDIGÈNE DE GOUVERNEMENT

Michoacán, le 21 janvier 2018.

 Aux médias,

À la société civile nationale et internationale,

 Ce 21 janvier dans la matinée, la caravane du Conseil Indigène du Gouvernement (CIG) et sa porte-parole María de Jesús Patricio organisaient un rassemblement dans la communauté nahua de Santa Maria Ostula (Michoacán), un territoire récemment délivré de l’influence du crime organisé qui y pillait bois précieux et minéraux. Lors de ce joyeux rassemblement massif, nous avons constaté qu’Ostula est une communauté libre, où la sécurité règne, où la police communautaire prend soin de la population, et où la résistance augmente contre le pillage capitaliste.

Lire la suite...

- page 1 de 13