Le Centre Angelita Morales

Cette année les cours ont commencé avec 32 élèves. Ils ont entre 10 et 16 ans, réunis dans une seule classe sous la responsabilité de leur institutrice Yesarela.

Tous ces enfants et jeunes sont en situation de risque social. Leur situation familiale est très préoccupante.

- Pour une majorité le père est absent, certains sont élevés par une tante ou une grand’mère

- Grande promiscuité

- Dans quelques cas problèmes d’alcoolisme et de drogue

- Violence intrafamiliale

Après l’école, les enfants sont dans la rue. Quelques uns doivent garder leurs petits frères et sœurs, vendre des tortillas, du pain, parmi d’autres choses, d’où leur assistance irrégulière en classe.

Pratiquement tous les enfants présentent des problèmes d’apprentissage et de comportement., difficulté de langage, d’écriture, de lecture et de mathématiques.

Cinq élèves vont être suivis par un neurologue du Centre de Santé le plus proche.

Ysarela écrit que parmi les élèves, elle a 4 frères et 2 d’entre eux doivent travailler avec leur père. Elle écrit aussi aussi que quelques uns arrivent le matin sans avoir déjeuné et ont mal au ventre. Alors elle leur donne un petit repas.

Pour tous ces enfants et jeunes l’Angelita est le lieu où ils reçoivent l’affection de leur institutrice. Ils ont aussi droit, comme dans le passé, aux ateliers de peinture, de musique, d’anglais et de natation.

Les cours de cirque vont bientôt reprendre avec les enfants du CDI.

Trois jeunes font leur préapprentissage de boulanger.

Le repas de midi est pour certain le seul de la journée.

Angelita.jpg
taller_madron_o.jpg

Atelier Constellation de l’Angelita (Madrono – l’arbre nationale)

La boulangerie INTI

L’organisation de la boulangerie se trouve bouleversée par l’accident mortel de Jorge. C’est Oscar Martinez qui a pris la relève et il assure courageusement la production.

Il est épaulé par deux jeunes, Francisco et Franklin. Trois jeunes du Centre Angelita viennent les après-midi pour un préapprentissage.

Veronica qui était responsable de la commercialisation est partie pour raison de santé. C’est Katty qui était la secrétaire du CDI qui a pris la relève.

Tous ensemble ils sont prêt à relever le défi de faire évoluer cette petite entreprise.

D’un côté ils élaborent de nouvelles pâtisseries et font aussi du pain complet. De l’autre côté, ils font des démarches pour trouver de nouveaux marchés, visitant les kiosques des universités et des quartiers proches qui n’ont pas encore de points de vente.