5,1 millions de Salvadoriens sont convoqués par le Tribunal Suprême Electoral pour élire 84 députés de l’Assemblée Législative et les maires des 262 municipalités de ce pays de 6,5 millions d’habitants.

La campagne électorale a commencé le 3 janvier. Huit partis y participent, parmi eux le parti au pouvoir, le FMLN (Front Farabundi Marti de Libération Nationale) et ARENA, le parti de droite (Alianza Republicana Nacionalista)

La population montre peu d’intérêt pour ces élections.

Même si le futur du pays dépend tellement des ressources naturelles et surtout de l’eau, les candidats parlent très peu de l’écologie. Pourtant le Salvador est très vulnérable face au changement climatique.

Le pays subit une déforestation importante et les sols sont dégradés. Le Salvador a la plus forte densité d’habitants de l’hémisphère, soit 342 habitants par km2.

L’eau est un vrai problème, cependant peu de partis (sauf le FMLN) insistent sur la nécessité d’approuver la loi générale des Eaux. Seulement 30,6% de l’eau est destiné à la consommation contre 5O,6% à l’agriculture.

Pour le moment l’ARENA est en tête des sondages.