Les énergies renouvelables représentent en pourcentage du total :

88,2% au Costa Rica

68,6% au Guatemala

60% au Salvador

58,2% au Panama

50,4% au Nicaragua

41 :3% au Honduras

La croissance annuelle de consommation électrique a été de 3,2% en moyenne en 2013

Amérique Centrale, leader en énergies renouvelables, mais avec des défis à résoudre

(Panama ACAN-EFE – octobre 2013)

L’Amérique centrale s’est convertie en leader mondial des énergies renouvelables, surtout hydraulique, mais devra résoudre une série de défis pour réduire sa dépendance vis à vis du pétrole dans la production d’électricité.

L’isthme centraméricain dispose pratiquement de toutes les ressources d’énergie renouvelable comme le vent, l’eau, le solaire et la géothermie. Les pays pourraient, avec ces ressources, satisfaire 100% de leurs besoins en électricité.

Mais pour le moment, 7 millions de personnes sont encore privées d’énergie électrique et près de la moitié de la population cuisine encore avec du bois. Dans l’ensemble des pays 62% de l’électricité est produite par des sources renouvelables et 38% correspond à des dérivés du pétrole.

La principale source de la région est hydroélectrique (env. 45%) suivi de la géothermie (env. 10%), tandis que la biomasse et le vent produisent environ 8%.

Au Costa Rica, 70% de la production locale d’électricité provient des barrages et au Salvador, 25% provient de la géothermie.

Le Nicaragua est le pays où sont en cours le plus de projets (59) - en partie financés grâce à la coopération avec la Finlande – suivi par le Guatemala (44), le Salvador (36), le Costa Rica (27), le Panama (24), le Honduras (23), le Bélice (17) et enfin la République Dominicaine (13)

L’un des pays qui a le plus développé les énergies renouvelables au cours de dernières années a été le Nicaragua. Le CEPAL révèle que sur les cinq milliards de dollars US qui ont été investis dans la région centraméricaine pendant la période 2006 – 2012, 1 500 millions ont été destinés aux projets du Nicaragua.

Selon le CEPAL - une organisation dépendant des Nations Unies dont le siège principal est à Santiago de Chili - ce sont les énergies par éoliennes, géothermiques et solaires qui se sont le plus développées dans cette région.

En 2013, le Panama a mis en oeuvre des projets d’énergie renouvelable pour une valeur de 1 300 millions de $US,

Le Costa Rica pour 1 100 millions

Le Honduras pour 585 millions

Le Guatemala pour 433 millions et Le Salvador pour 22 millions

Il est important de souligner que le Costa Rica tire déjà 93% de son énergie de sources renouvelables,

El Salvador 58%,Le Guatemala 57% et Le Honduras 38%

En ce qui le concerne, le Nicaragua qui, pendant plus de 7 ou 8 années avait souffert de coupures de courant et qui avait une grande dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles, a investi pour remplacer ceux-ci à hauteur de 58% par des sources d’énergie éolienne, géothermique, hydroélectrique et par la biomasse.

L’Amérique Centrale a été une des régions du monde ayant le plus souffert des chocs pétroliers car elle dépendait des importations. Cependant la situation s’améliore rapidement. Par exemple le Nicaragua et le Costa Rica ont installé l’année dernière des parcs éoliens d’une capacité respective de 1,38 mégawatt et 1,2 gigawatt.

Selon le CEPAL, l’énergie en Amérique Centrale provient pour 50% de sources hydrauliques, de 35,3% de dérivés de pétrole et charbon, pour 8% de la géothermie, 4,1% des éoliennes et pour 2,6% des déchets de la canne à sucre, soit 54,9% d’énergie renouvelable.

Rapport de la Banque Mondiale du 22-10-2013 – Nicaragua

Extraits

L’article relate une visite de l’installation géothermique Polaris de San Jacinto, département de Leon.

Pour l’an 2020 le Nicaragua espère pouvoir générer 90% de son énergie par des ressources renouvelables.

Le Nicaragua a beaucoup de possibilités grâce à sa chaîne de volcans, d’une excellente exposition au vent et au soleil ainsi que différentes sources d’eau qui permettrait de générer 5 800 mégawatts par an.

Le réseau électrique est encore peu développé et les tarifs sont parmi les plus chers de la région.

Ce n’est qu’en 2006 que le gouvernement a pris des mesures pour changer le modèle existant. Actuellement 58% de l’énergie provient de ressources renouvelables.

La géothermie utilise les grands réservoirs d’eau qui se trouvent à des centaines de Km de profondeur et, entrant en contact avec le magma, forment de la vapeur. Les centrales géothermiques canalisent cette vapeur vers des générateurs et au refroidissement, l’eau retourne dans les profondeurs. C’est donc une ressource propre et inépuisable. Elle a aussi des effets très positifs sur la réduction des effets de serre.

Une autre source d’énergie est le troisième parc éolien Eolo construit par le Nicaragua au bord du lac Cocibolca (ou lac Nicaragua), département de Rivas. Avec ses 22 éoliennes, il génère quelque 44 mégawatts. Ce projet permet d’épargner 20 millions de dollars US par an et depuis sa mise en marche, il a réduit de 82 000 tonnes les émissions de dioxyde de carbone.