Nous sommes donc obligé d’apporter une aide économique à notre projet éducatif car le budget de l’Etat n’est pas encore suffisant pour financer des projets tels que notre centre. Au début de l’année 2014, beaucoup de travaux ont été effectués : les salles de classe ont été repeintes, les W.C. réparés, l’installation d’eau potable renouvelée, les pupitres ont été réparés, les persiennes ont été complétées.

Nous avons commencé l’année 2014 avec les trois cycles d’éducation primaire pour les enfants et jeunes qui n’ont pas intégré l’école à l’âge normal. (20 filles et 21 garçons) Seulement 21 ont terminé l’année.

Au début de l’année, nous avons distribué à chaque élève un sac à dos avec du matériel scolaire et, des chaussures et pendant toute l’année, ils ont reçu le matériel didactique et les cahiers dont ils ont eu besoin.

Pendant cette période, notre travail consistait dans l’organisation des groupes, la formation des collaborateurs, une première réunion avec les parents pendant laquelle les enseignants se sont présentés et leur ont expliqué les objectifs généraux des projets ainsi que le calendrier scolaire.

Pendant l’année scolaire, les enfants – en plus des matières scolaires – ont pu participer à différents ateliers :

Peinture : avec Reynaldo et Laura. Ces cours leur permettent de s’exprimer et de s’affirmer. Ils ont aussi participé à des concours, gagné des prix et visité une exposition. En 2015, il y aura aussi une classe de sculpture sous la direction de la professeure Nancy.

laureats_avec_Jairo.JPG

taller

Cirque :Nous avons observé que le groupe qui faisait partie de cet atelier était beaucoup plus discipliné et plus attentif en classe.

cirque filles




Potager scolaire: Ils ont aussi participé au potager scolaire avec l’objectif qu’ils connaissent l’importance de cultiver eux-mêmes des fruits et légumes pour leur autoconsommation, d’apprendre comment les traiter contre les maladies et à quel moment on peut les récolter.

Angelita radis




La plus grande difficulté que nous avons rencontrée cette année fut l’absentéisme. Il y avait pour cela plusieurs raisons : les enfants qui ont dû travailler, le changement de domicile, la violence à l’intérieur de la famille, le manque d’appui de la part de leurs parents pour les inciter à venir tous les jours en classes.

Nous avons fait appel au Centre de développement humain du Ministère de l’Education, au Conseil Local de l’éducation des affaires adolescentes de la Police National et au Ministère de la famille, de l’adolescence et de l’enfance pour plusieurs cas d’absence aux cours et plus spécialement dans les cas de maltraitance et violence dans la famille.

En ce qui concerne l’alimentation, ils ont reçu un goûter et le repas de midi.

Six élèves ont terminé leur éducation primaire et la promotion a eu lieu le 18 décembre.

Ils vont continuer à étudier au collège.

Angelita promotion




Plusieurs anciens élèves ont repris contact avec nous. Ils ont continué leurs études. L’un d’eux s’est engagé dans l’armée où il continue ses études, un autre travaille dans la décoration. Keyla Espinoza qui a terminé sa primaire à l’Angelita et qui a passé son baccalauréat récemment, va étudier à l’université pour être institutrice de maternelle ; tout en travaillant au CDI dans la section des petits.

Il y a aussi Mercedes Blandon qui fut élève de l’Angelita et qui avec une bourse de INTI a pu étudier au Doris Maria Morales Tijerino et a passé le baccalauréat. Elle s’est inscrite à l’université et nous l’avons embauchée comme aidé pédagogique dans la section des petits afin de l’appuyer.

Nous avons créé un pont solidaire de collaboration avec la Police National en ce qui concerne les affaires adolescents qui consiste à rescaper et intégrer des jeunes en situation de risques. Ils auront la possibilité de faire une formation qui leur donnera des outils pour leur subsistance économique.

Notre centre collabore en les intégrant dans l’atelier des manualités et à la boulangerie où ils acquièrent des pratiques. Nous leur donnons une indemnisation. Dans l’atelier manualités nous employons le jeune Yamil Antonio Urroz.

La boulangerie INTI

La boulangerie Inti a nécessité un effort constant avec l’aide de la solidarité. Un nouveau local plus vaste a été aménagé. Une cafétéria a été construite pour vendre la production de la boulangerie et les employés ont reçu une formation. Actuellement la boulangerie est autosuffisante et apporte le salaire de deux enseignants. La plus grande difficulté a été l’instabilité des collaborateurs. Un jeune a été formé comme boulanger, mais il est parti au Costa Rica. Il y a toujours des besoins pour améliorer l’équipement de la boulangerie.

Actuellement c’est Véronica Gadea qui assume la gestion.

Le boulanger est Jorge Hernandez (ancien élève de l’Angelita) Collaborateur pour les affaires juvéniles et boulanger : Oscar Antonio Martinez

Deux aides : Jonny Aguirre et Josué Daniel Pasos

 boul 2boul 1